Economie numérique régionale: un enjeu fort de compétitivité et d’attractivité


Le mardi 10 avril dernier s’est déroulée la séance plénière du CESER relative à l’économie numérique en région Nord Pas de Calais.

L’économie numérique est un enjeu fondamental pour le développement global de notre économie. De son côté, l’Etat a mis en place un plan national pour le développement de l’économie numérique dès 2008. L’ambition première de ce plan était de permettre à la France de rattraper son retard dans ce domaine. Et les chiffres étaient alarmants, puisqu’en France, l’investissement dans l’économie numérique était en 2008 deux fois plus faible qu’aux Etats Unis, et trois fois plus faible que dans les pays d’Europe du Nord.

Au niveau des entreprises, les constats étaient en 2008 encore plus préoccupants : 50% seulement des entreprises françaises étaient connectées à l’internet haut débit ; 30% seulement disposaient d’un site internet ; 2,5% seulement disposaient d’un site internet capable d’effectuer des transactions. Enfin, 500 000 PME étaient encore totalement déconnectées d’internet.

Or, l’économie numérique constitue le principal facteur de gain de productivité des économies développées. Les investissements dans ce secteur sont considérés comme les plus productifs puisqu’ils impactent l’ensemble de l’économie.  En 2010 l’économie numérique représentait un quart de la croissance économique française. 700 000 emplois ont été créés en 15 ans dans ce secteur, et 450 000 supplémentaires étaient estimés entre 2010 et 2015. Le développement de l’économie numérique au sens large, qui englobe les entreprises de ce secteur ainsi que le développement de l’outil numérique au service de l’économie traditionnelle, doit donc constituer une priorité absolue.

Seul cet effort permettra de gagner en compétitivité et en croissance. Des progrès notoires ont également été réalisés en région, notamment du point de vue de l’équipement des lycées et des universités. Chaque jour les outils se perfectionnent et l’offre de service numérique s’étoffe.

Un effort tout particulier est également réalisé sur la carte du déploiement du haut débit, et les zones d’ombres régionales régressent.

Pour autant beaucoup reste à accomplir. Par exemple, de plus en plus d’entreprises ont aujourd’hui besoin non pas de haut débit, mais de très haut débit, ce qui implique un développement accéléré de la fibre optique par exemple… L’accessibilité des entreprises à l’Internet haut débit (a minima) constitue la condition sine qua non d’un bon développement économique. A contrario, un territoire dans l’incapacité de fournir ce service souffrira d’un handicap majeur dans sa capacité à attirer les entreprises. L’outil numérique se révèle donc être un puissant facteur d’attractivité sur lequel nous devons concentrer nos efforts.

Nos entreprises travaillent au quotidien à l’amélioration de leurs process pour tirer le meilleur parti de la révolution numérique. Les pouvoirs publics doivent quant à eux continuer leurs efforts tout en trouvant les modèles économiques permettant de développer les meilleures technologies sur l’ensemble du territoire régional, car l’aménagement global du territoire dépend désormais largement de nos choix numériques. La fracture numérique, qu’elle concerne nos entreprises ou l’ensemble de nos concitoyens, doit être enrayée. Il est enfin nécessaire d’encourager et de soutenir le développement des entreprises de ce secteur très porteur.